Sans être cycliste,
             vous pouvez aussi remporter
               les pavés de Paris Roubaix !

 
Extraits de l article paru en Mars 2017 dans la Voix du Nord

                    à découvrir en intégralité sur :
http://www.lavoixdunord.fr/131371/article/2017-03-12/les-paves-d-andre-en-souvenir-du-roi-de-la-reine-des-classiques
 

'''' Les Pavés d’André, en souvenir du roi de la Reine des classiques
 
 

 

 
La Maison Vayez, artisan torréfacteur dans le centre d’Arras, soutient Nénuphar.
Pour tout achat d’une boîte de chocolats rectangulaires, cinq euros sont reversés à l’association qui aide les malades du cancer.
Derrière tout ça, il y a un cycliste disparu, féru de la course Paris-Roubaix...

Par Achille Thomas | Publié le 12/03/2017 / 

La Maison Vayez, qui a fêté ses dix ans en octobre, est divisée en deux. D’un côté, on torréfie le café et on surveille la cuisson du grain. De l’autre, on le vend. On y trouve aussi du thé, de la chicorée, du chocolat, du pain d’épice… Bref, tous les éléments pour une pause-café conviviale et réussie. «  Une très jolie boutique  » complimente une cliente, qui passe la porte pour la première fois.

 

Sur le comptoir, un panneau promeut un produit : les Pavés d’André. Des chocolats dragéifiés, fourrés pralinés aux céréales croustillantes et à la crêpe dentelle… S’il est conseillé d’en consommer avec modération, en acheter fait du bien pour une autre raison. Sur les 17,50 € dépensés pour une boîte de 36 petits pavés, 5 € sont reversés à l’association Nénuphar, qui œuvre auprès des personnes atteintes de cancer et leurs familles. Cela faisait un moment que l’idée «  trottait dans la tête  » du torréfacteur Stéphane Joyez. Sa boutique et Nénuphar «  partagent les mêmes valeurs  ». Et puis Stéphane souhaitait rendre hommage à André, son beau-père disparu.
 
« Faire le Paris-Roubaix, c’est un peu le chemin de toute une vie.
Des fois, il y a des passages difficiles… »

«  Il faisait du vélo, raconte Stéphane. Depuis 1978, il a participé à tous les Paris-Roubaix cyclo pour en arriver à 27 participations. Un record ! Il en aurait fait davantage, mais malheureusement, il a été rattrapé par la maladie  ».

André s’est éteint en 2014 des suites d’un cancer. «  Faire le Paris-Roubaix, c’est un peu le chemin de toute une vie. Des fois, il y a des passages difficiles… On va avec un vélo de route sur des pavés, c’est-à-dire qu’on n’a pas l’outil, mais on peut le faire. On avance et on va jusqu’au bout.  » Un périple qui fait écho à celui que certains malades doivent entreprendre.

L’Arrageois a trouvé ces délices en forme de pavés chez le chocolatier alsacien Schaal. Pour l’occasion, il rabote sa marge. «  Le prix aurait été le même sans l’opération  », précise le torréfacteur, qui imagine pérenniser ce nouveau produit.

 

Une troisième cyclo, début juin


L’année qui a suivi le décès d’André, en 2015, une randonnée a été organisée par Stéphane Joyez avec l’association Arras-cyclo tourisme, en l’honneur du recordman (d’après M. Joyez) des participations au Paris-Roubaix version cyclo.

L’excursion porte le même nom que les chocolats vendus chez le torréfacteur : Les Pavés d’André.

 

L’événement a également vocation à mettre en avant l’association Nénuphar, qui œuvre pour le soutien des personnes atteintes d’un cancer et dans l’accompagnement des familles. «  Une fois ouverte au public, elle pourrait peut-être permettre de lever des fonds », imagine Stéphane.

 

Cette année aura lieu la troisième édition de cette excursion:

                      Le 5 juin, lundi de la Pentecôte,                             

les participants démarreront de la maison Nénuphar, à Arras, pour rejoindre à vélo le site minier de Wallers-Arenberg, avec sa trouée d’Alembert, passage mythique du Paris-Roubaix. «  On ne veut pas refaire le Paris-Roubaix.

C’est une randonnée. Chacun y va à son rythme, précise Stéphane.

Et elle peut être au souvenir de tous ceux qui ont participé au Paris-Roubaix.  »''' 

 

Infos légales - Réalisation : synergiecom.fr